Je pense que tout le monde a suivi ce nouveau rebondissement dans le mode de garde de mini : en fin de semaine dernière, la crèche collective nous a appelé pour nous annoncer que nous avions une place pour mini. 

Vous aviez également suivi ici mes interrogations sur la nounou actuelle, qui faisait partie de la crèche familiale (là j’ai perdu tous les nullipares qui s’interrogent sur la différence entre ces deux crèches ?!). Mes inquiétudes avaient été apaisées, en tous cas je le pensais, mais ont refait surface de plus belle en fin de semaine : attitudes, envers moi et surtout envers minigars, réflexions, programme de la journée… bref, l’annonce de la place en crèche Co’ tombait à pic.

La réflexion fut rapide. Après discussion avec grandgars, et conscients de la chance qui s’offrait à nous, je décidais d’appeler au plus vite la directrice de la crèche Co’ pour prendre rendez-vous, sans en parler pour l’instant à la nounou (sait on jamais, l’endroit pouvait ne pas du tout me plaire… gros LOL quoi.)

 

Le rendez-vous a eu lieu hier soir, en présence de toute la famille, ce qui était mieux pour se faire une idée, et voir mini évoluer dans l’espace qui serait le sien prochainement.

On a été ravis de voir les pièces de jeux, les dortoirs (relativement petits puisque de 6 places), de voir toute l’organisation qui est mise en place pour les enfants mais aussi les parents… Ce qui est sur, c’est que ça va nous changer !

L’adaptation commence le 17 novembre et se fera minimum sur une semaine, mais peut se poursuivre si cela est nécessaire.

 

creche_2012-12-8a2a4

 

Du coup, maintenant que tout est acté, j’ai envoyé un message à la nounou en lui disant qu’elle n’aurait pas mini aujourd’hui, et je vais me rendre à la crèche Familiale ce jour pour dire que nous les quittons. Je sais que nous ferons des heureux (les parents sur liste d’attente !), mais que nous serons peut-être jugés car « changeants », mais je m’en FOU TOTALEMENT ahah ! le bien-être de mini avant tout, et mon bien-être mental également.

 

Fini les trippes nouées après l’avoir laissé en pleurs face à une dame visiblement pas faite pour ce métier, grimaçant quand il se mettait à pleurer et le jugeant rapidement comme capricieux.

 

 

Il n’est pas parfait, certes, mais il n’y a que ses parents pour pouvoir le dire. Bye bye Madame.